world-fr.jpg

Energie renouvelable

Le projet « K50 »: investir dans la réduction de l'empreinte carbone

Sous le nom de code « K50 », la S.A. Bières de Chimay a mis en place une politique interne volontariste, allant bien au-delà des Accords de Branche et des dispositions légales. L'objectif ? Arriver, en 2010, à un Indice de Gaz à Effet de Serre (IGES) réduit de 50% par rapport à l'année de référence 2001, et réduire de manière significative l'Indice d'Efficience Energétique (IEE). Dans le même temps, la S.C. Fromages de Chimay s'est fixé, elle aussi, les mêmes objectifs rigoureux (avec 2004 comme année de référence).

Fin 2008, l'entreprise brassicole avait déjà dépassé les exigences prévues par les Accords de Branche à l'horizon 2012, affichant une réduction de l'IGES de 18,6%, et une diminution de l'IEE de 16,6%. Quant à la fromagerie, elle avait alors dépassé également les exigences prévues pour sa part, avec une réduction de l'IGES de 28,9% et de l'IEE de 26,8%.

De la diminution de la consommation à la production d'énergie renouvelable: les étapes d'une approche environnementale globale et logique

La première étape du processus consiste à diminuer la consommation énergétique partout où c'est possible: remplacement de vannes, isolation des conduites de vapeur, chasse aux fuites, installation de vannes «guillotines» afin de stopper la sortie de vapeur, installation de variateurs permettant aux moteurs de travailler à différentes vitesses suivant les besoins, selon des courbes de démarrage plus lentes lorsque c'est possible. De nombreux investissements ont été consentis afin d'assurer une utilisation rationnelle de l'énergie au sein de l'outil industriel, et ce dès 2003.

Dans le même ordre d'idées, une formation d'éco-conduite a été mise en place à partir de 2007, tant pour les camions que pour les voitures. La production d'air comprimé, indispensable, a elle aussi été modernisée, des compresseurs de tailles différentes étant installés pour une utilisation modulable suivant les besoins (2008).

Toujours en 2008, la brasserie a installé une rinceuse pour les bouteilles neuves. En effet, jusque là, les bouteilles neuves (soit environ 45% de la production) passaient par la laveuse au même titre que les bouteilles «retour». L'achat d'une rinceuse a permis de diminuer la consommation d'eau, la consommation énergétique (les bouteilles neuves sont rincées à l'eau froide) et celle de détergents, et de réduire le traitement des eaux usées.

Des aménagements au niveau des chaudières ont permis de récupérer condensats et fumées et de préchauffer ainsi l'eau du circuit de production.

Au niveau éclairage, outre l'utilisation de TL, d'ampoules économiques, de détecteurs de mouvements, la brasserie a opté pour l'installation de coupoles orientables afin de bénéficier dans les halls de stockage déjà et bientôt dans d'autres stades de la production d'un éclairage naturel renforcé.

Pour diminuer le travail en station d'épuration, des investissements ont été consacrés à la séparation des eaux usées et des eaux pluviales, permettant de dévier l'eau de pluie - ruisselant des toits et cours de l'Abbaye - directement vers la rivière, sans passer par la station.

2009: près d'un million d'euros investis pour réduire l'empreinte carbone

2009 constitue une étape essentielle: 985.000 euros ont été investis en vue d'atteindre l'objectif «K50», représentant une économie annuelle de 519.000 litres de gasoil et 71.400 kWh d'électricité.

Premier investissement, l'installation d'un échangeur à l'issue de la salle de brassage a permis de récupérer des surplus de chaleur autrefois «perdus» et de les affecter au chauffage de l'Abbaye, économisant du même coup 75.000 litres de gasoil.

Autre aménagement de taille, les bières de Chimay vont moderniser début 2010 le système d'ébullition du moût: le sur-cuiseur interne sera remplacé par un nouveau sur-cuiseur utilisant les dernières technologies en matière d'économie d'énergie. Ce système permettra une récupération de l'énergie sur les vapeurs de moût sortant de la cuve d'ébullition, l'économie annuelle de 119.000 litres de gasoil et une réduction de 223 tonnes de rejets de CO2, soit une diminution de l'IGES de 7,4%.

Consommation puis production d'énergie renouvelable

Depuis juin 2008, le Groupe Chimay consomme de l'électricité «verte» , via un contrat Alp Energie avec Electrabel. Ce contrat fait également l'objet d'un programme d'information et de formation du personnel à une consommation responsable. Le Groupe est également à l'initiative du développement du parc éolien établi en 2009 sur le site industriel de Baileux, qui permet un approvisionnement en électricité verte via le réseau.

2009 a vu s'achever l'installation d'une importante surface de panneaux photovoltaïques sur les toits de l'Abbaye (200 m², en plus des 105 m² déjà installés en 2008). L'ensemble de ces panneaux permet d'économiser chaque année 33.640 kWh d'électricité.

Dernier investissement majeur cette année en vue de produire de l'énergie renouvelable : l'achat d'une chaudière à pellets, qui sera installée fin 2009. Celle-ci remplacera une chaudière à gasoil de «back-up», avec une taille mieux adaptée aux besoins. Outre un meilleur rendement de la chaufferie, cette nouvelle chaudière à pellets permettra de réduire de 1.100 tonnes les rejets de CO2 chaque année, de diminuer la consommation de gasoil de 403.000 litres/an et utilisera des matières premières locales. En dehors des périodes de production, elle permettra d'alimenter l'Abbaye, qui sera dès lors chauffée entièrement par de l'énergie renouvelable. Cet investissement permettra de clôturer l'objectif que s'est fixé la brasserie, apportant une diminution de l'IGES de 25%... qui franchira ainsi la barre des 50% - le fameux «K50» - pour l'année 2010!

imprimerImprimerPartagerPartager